Profession

Matériaux

Identification mécanique 4D ultra-rapide

| 24 novembre 2017 | CNRS

Mesure cinématique par projections. © LMT
Pratiquer des essais mécaniques au sein d'un appareil de tomographie aux rayons X est une méthode pour identifier les lois de comportement d'un matériau. Des chercheurs du LMT obtiennent le résultat en un temps record, en couplant les essais avec de la modélisation numérique. Leurs travaux sont publiés dans la revue Experimental Mechanics.

La tomographie aux rayons X permet d'obtenir une image 3D de la microstructure d'une éprouvette de matériau. Mais la technique repose sur un calcul à partir d'environ un millier de radiographies 2D, et il faut environ une heure pour obtenir une seule image volumique. Si l'on veut suivre l'évolution de la microstructure du matériau pendant qu'il se déforme, au moyen d'une série d'images 3D réalisées pendant un essai mécanique in situ, dans le tomographe, le temps d'expérimentation peut ainsi atteindre une semaine...

Ces essais in situ se développent pourtant, car ils sont exceptionnellement riches et permettent, grâce à la corrélation d'images volumiques, de mesurer le champ de déplacement tridimensionnel dans le volume de l'éprouvette, et au-delà d'identifier la loi de comportement mécanique du matériau.

 

Nouvelle méthode d'acquisition d'images

C'est pour accélérer ce type d'essais que des chercheurs du Laboratoire de mécanique et technologie (LMT, ENS Paris Saclay/CNRS/Université Paris-Saclay) ont mis au point une méthode qui réduit fortement le temps d'acquisition des images. Appliquée à un essai de fracturation d'une éprouvette de plâtre, leur méthode a réduit ce temps d'un facteur 350. Ce qui signifie que la durée de l'expérience in situ peut être ramenée d'une semaine à... 5 minutes. Tout en mesurant avec précision les propriétés élastiques et la ténacité du matériau.

 

La méthode prolongeant un brevet du LMT1 repose sur un couplage entre essais et modélisation numérique. Une image 3D de l'éprouvette dans son état initial est comparée, non avec un autre volume calculé à partir de milliers de radiographies, mais avec deux, ou même une seule radiographie 2D ! Le principe consiste à déformer numériquement le volume initial de l'éprouvette, en s'appuyant sur une modélisation, de façon à ce que ses projections calculées correspondent aux radiographies acquises lors de l'essai. Un procédé itératif permet d'obtenir la loi de comportement en un temps record.

 

Ces travaux pourraient enrichir l'offre de la start-up EikoSim, issue du laboratoire, qui met en œuvre les méthodes de corrélation d'images numériques pour le dialogue essai/calcul. Les chercheurs envisagent aussi l'application de leur méthode à la tomographie neutronique et de l'utiliser pour accélérer encore la tomographie à rayons X rapide, réalisée avec un rayonnement synchrotron.

1Brevet WO2015193086 CNRS/ENS-Cachan.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • Traitements de surface sous vide des métaux

    L’amélioration des matériaux passe souvent par l’utilisation de technologies utilisant le vide. Qualités d’adhérence, propreté et répétabilité comptent parmi les avantages des traitements sous vide. Rappels des avantages et inconvénients des ...

    1 novembre 2018

  • Le four sous vide pour le brasage aluminium

    La recherche d’un gain de poids et de performance a démocratisé l’emploi de l’aluminium dans l’industrie aéronautique, moteur d’innovation pour de nombreuses industries. La fabrication de certaines pièces en aluminium nécessite un brasage dans des ...

    18 juillet 2018

  • Matériaux

    Thermec’2018 se termine le 13 juillet

    Les spécialistes des matériaux se réunissent depuis lundi à Paris.

    10 juillet 2018

Dossiers de la rédaction
  • TREMPE
    7 janvier 2017
    La trempe par induction comme alternative à la cémentation, la trempe gazeuse comme réponse aux exigences environnementales et la drasticité comme indicateur qualité constituent les trois sujets de ce dossier.
  • 29 août 2016
    Ce dossier comprend quatre articles : - Caractérisation des matériaux par méthodes non destructives. - Évolution des CND chez Areva : méthodes alternatives à la radiographie et au ressuage. - Caractérisation de la relation microstructure/état de l’hydrogène. - ...
  • 2 mai 2016
    Ce dossier comprend trois articles : Comment limiter la sensibilité à la fragilisation par l'H en production sans parler ou presque d'hydrogène ? Fragilisation par l'hydrogène des alliages d'aluminium sans Cu de la série 7000. Etude expérimentale de l'impact de l'hydrogène ...
  • 1 mars 2016
    Dans ce dossier, vous trouverez quatre articles : Amélioration de la durée de vie des tapis de fours de traitements therliques en AISI 330Cb. Les fours à réacteurs ou moufle à enceinte métallique. L'amélioration du traitement thermique avec la maintenance ...
  • 1 janvier 2016
    Les progrès réalisés dans les techniques d’élaboration, de refusion et de transformation à chaud ou encore dans les moyens d’usinage ont impulsé les évolutions des aciers pour moules et outils.

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 13 juin 2017

    Zoom sur les nouveautés SVTM 2017

    Parmi les 130 exposants, voici un aperçu des produits et services présentés sur l'édition 2017 du SVTM.

  • 7 décembre 2012 Sélection 2012 des produits de la rédaction

    Finitions, appareils de mesure, traitements plasma, solutions d’essai, tribofinition, autant de solutions découvertes dans nos colonnes cette année. Sélection de douze produits qui ont particulièrement suscité notre intérêt en 2012.