Profession

Matériaux poreux : capillarité persistante à l’échelle moléculaire

| 21 octobre 2019 |

(c) Irena Deroche. Potentiel chimique auquel la nanoporosité zéolithique se remplit reporté en fonction de l’énergie capillaire pour des fluides confinés dans différentes zéolithes purement silicatées. Les symboles pleins correspondent aux valeurs simulées et les symboles vides aux valeurs expérimentales tirées de la littérature.

Des scientifiques ont étudié le confinement de différents fluides dans des matériaux microporeux.


De par leur capacité à capter et piéger des molécules, les solides microporeux – dont les pores ont un diamètre de l’ordre du nanomètre – sont au cœur de nombreuses applications dans les domaines de la santé, de l’énergie et de l’environnement. Ils sont par exemple utilisés comme tamis moléculaires, échangeurs d’ions ou catalyseurs. Pour autant, la rationalisation du comportement de fluides au sein de ces matériaux reste un défi car les modèles de capillarité validés pour des milieux présentant des pores plus grands ne sont plus pertinents dans des situations de confinement aussi extrêmes. Ainsi, le phénomène de condensation capillaire macroscopique, qui correspond à un remplissage discontinu et éventuellement irréversible de la porosité, n’est plus observé dans les milieux microporeux car remplacé par un mécanisme continu et réversible.

À l’aide de simulations moléculaires et de mesures expérimentales, les scientifiques de l’Institut de science des matériaux de Mulhouse (CNRS/Université de Haute Alsace) et du Laboratoire interdisciplinaire de physique (CNRS/Université Grenoble Alpes) ont étudié le confinement de différents fluides dans des matériaux microporeux de type zéolithes, matériaux microporeux parmi les plus utilisés. Ils montrent que la capillarité et les concepts macroscopiques associés restent pertinents lorsque l’on réduit les dimensions de la porosité au seuil critique du nanomètre. En développant un modèle théorique permettant de rendre compte de leurs données, ils obtiennent une estimation fiable et rapide des conditions de remplissage d’un couple fluide/matériau en se basant sur des paramètres simples tels que la taille des pores, la tension de surface et la densité du fluide. Une manière simple de mettre en adéquation le meilleur matériau et son utilisation optimale.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction
  • 20 juin 2019
    Ce dossier comprend quatre articles ci-dessous.
  • 24 mai 2019
    Ce dossier comprend trois articles ci-dessous.
  • TREMPE
    7 janvier 2017
    La trempe par induction comme alternative à la cémentation, la trempe gazeuse comme réponse aux exigences environnementales et la drasticité comme indicateur qualité constituent les trois sujets de ce dossier.
  • 29 août 2016
    Ce dossier comprend quatre articles : - Caractérisation des matériaux par méthodes non destructives. - Évolution des CND chez Areva : méthodes alternatives à la radiographie et au ressuage. - Caractérisation de la relation microstructure/état de l’hydrogène. - ...
  • 2 mai 2016
    Ce dossier comprend trois articles : Comment limiter la sensibilité à la fragilisation par l'H en production sans parler ou presque d'hydrogène ? Fragilisation par l'hydrogène des alliages d'aluminium sans Cu de la série 7000. Etude expérimentale de l'impact de l'hydrogène ...

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 13 juin 2017

    Zoom sur les nouveautés SVTM 2017

    Parmi les 130 exposants, voici un aperçu des produits et services présentés sur l'édition 2017 du SVTM.

  • 7 décembre 2012 Sélection 2012 des produits de la rédaction

    Finitions, appareils de mesure, traitements plasma, solutions d’essai, tribofinition, autant de solutions découvertes dans nos colonnes cette année. Sélection de douze produits qui ont particulièrement suscité notre intérêt en 2012.