Profession

Pilotage du procédé de fabrication additive par dépôt de fil métallique

| 26 août 2019 |

Fabrication additive par dépôt de fil métallique robotisé. (c) Alamy

Le projet WAS souhaite optimiser le pilotage du procédé de fabrication additive par dépôt de fil métallique.


SystemX, Institut de Rechercher Technologique (IRT) dédié à la transformation numérique de l’industrie, des services et des territoires, lance le projet WAS (Wire Additive manufacturing process Simulation). D’une durée de 42 mois, ce projet vise à élaborer des modèles et un environnement numérique (jumeau numérique) pour optimiser le pilotage du procédé de fabrication additive par dépôt de fil métallique, plébiscité pour la création de pièces de grande taille ou pour ajouter des fonctionnalités par rechargement.

Les cas d’usage adressés concerneront les industries de l’oil and gaz, de l’aéronautique et la production d’énergie. Si les procédés de fabrication par dépôt de fil métallique, comme le rechargement par soudage, existent depuis des décennies, ils connaissent un véritable regain d’intérêt de la part des industriels car, exploités dans le cadre des techniques de fabrication additive, ils proposent des taux de dépose de matière très élevés et minimisent les problématiques HSE (Hygiène, Sécurité, Environnement) liées à l’exploitation de poudres métalliques.

Leur exploitation sur des cellules robotisées nécessite de développer des stratégies de fabrication adaptées aux pièces à fabriquer à l’aide d’outils de simulation, pour garantir l’efficacité du procédé tout en minimisant les déformations.


Création d'un démonstrateur

Le projet WAS vise à optimiser les stratégies de fabrication à partir de modélisations multiphysiques et aboutira à la création d’un démonstrateur. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste porté par la plateforme Additive Factory Hub, coordonnée par le Cetim sur la maîtrise du procédé WAAM (Wire and Arc Additive Manufacturing) et s’articule étroitement avec un projet portant sur la maîtrise du comportement mécanique et des déformations des pièces produites.

Il implique, outre le Cetim, quatre partenaires industriels de la plateforme Additive Factory Hub : Air Liquide, EDF, Safran et Vallourec. Une thèse sera également encadrée par l’ENS Paris Saclay.

Ce projet ambitionne de lever les verrous technologiques liés à la gestion des trajectoires et à l’optimisation des paramètres de soudage (vitesse, courant, tension) pour obtenir les propriétés attendues (projection, maintien du cordon, largeur du cordon, etc.).


Trois objectifs

Pour cela, trois objectifs intermédiaires sont visés :

- L’élaboration d’un jumeau numérique du système complet, qui permettra de simuler de manière robuste et réaliste la position de l’orientation de la torche par rapport à la pièce et son comportement cinématique en toutes circonstances, pour garantir l’efficacité du procédé.

- La définition de stratégies de fabrication innovantes et optimales pour atteindre les critères de qualité requis par les applications visées.

- La modélisation, la simulation et l’optimisation de tout ou partie du procédé pour limiter les déformations des pièces et réduire les abattements de propriétés mécaniques.


Acier, inox, titane

Dans le cadre des cas d’usage étudiés dans le projet WAS, les matériaux concernés seront l’acier, l’inox et le titane. Des stratégies de fabrication de pièces de grande taille seront développées. Elles pourront également concerner des ajouts de fonctions ou des réparations de pièces. Un démonstrateur logiciel (disponible en mode SaaS) permettra de définir et d’analyser l’influence des stratégies mises en œuvre sur la cellule de fabrication WAAM de la plateforme francilienne Additive Factory Hub, lors de la construction des pièces. La méthodologie sous-jacente devra pouvoir s’appliquer par extension à d’autres cas d’usages a posteriori.


« Ce projet est particulièrement stimulant car il fait appel aux expertises en robotique, en modélisation multiphysique, et en intelligence artificielle de l’IRT SystemX. Il va nous permettre d’élaborer le jumeau numérique d’une cellule de fabrication WAAM afin de pouvoir optimiser le pilotage du procédé, garantir sa performance dans le temps et capitaliser le retour d’expérience », explique Christophe Tournier, chef de projet WAS chez SystemX.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction
  • 20 juin 2019
    Ce dossier comprend quatre articles ci-dessous.
  • 24 mai 2019
    Ce dossier comprend trois articles ci-dessous.
  • TREMPE
    7 janvier 2017
    La trempe par induction comme alternative à la cémentation, la trempe gazeuse comme réponse aux exigences environnementales et la drasticité comme indicateur qualité constituent les trois sujets de ce dossier.
  • 29 août 2016
    Ce dossier comprend quatre articles : - Caractérisation des matériaux par méthodes non destructives. - Évolution des CND chez Areva : méthodes alternatives à la radiographie et au ressuage. - Caractérisation de la relation microstructure/état de l’hydrogène. - ...
  • 2 mai 2016
    Ce dossier comprend trois articles : Comment limiter la sensibilité à la fragilisation par l'H en production sans parler ou presque d'hydrogène ? Fragilisation par l'hydrogène des alliages d'aluminium sans Cu de la série 7000. Etude expérimentale de l'impact de l'hydrogène ...

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 13 juin 2017

    Zoom sur les nouveautés SVTM 2017

    Parmi les 130 exposants, voici un aperçu des produits et services présentés sur l'édition 2017 du SVTM.

  • 7 décembre 2012 Sélection 2012 des produits de la rédaction

    Finitions, appareils de mesure, traitements plasma, solutions d’essai, tribofinition, autant de solutions découvertes dans nos colonnes cette année. Sélection de douze produits qui ont particulièrement suscité notre intérêt en 2012.