Profession

Le Cern développe l'impression 3D de pièces de refroidissement

BECHERINI, Béatrice | 9 septembre 2022 |

(c) Cern

Le Cern, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire, a annoncé le financement de l'AHEAD, un projet visant à développer des technologies d'impression 3D pour fabriquer des composants de systèmes de refroidissement.


Courant 2022, ATTRACT, le projet de financement de 36 projets issus de plus de 20 pays européens avec une enveloppe de 28 millions d'euros était annoncé. Parmi les lauréats, le projet AHEAD avec une enveloppe avoisinant les 2 millions d'euros, mené par le CERN* dont le but est de produire des systèmes de refroidissement via une impression 3D. « De nombreux avantages et capacités existent dans les processus de fabrication et de production, rendus possibles par la technologie de fabrication additive. La plus grande importance dans ce projet est la liberté de conception, la complexité des géométries et la production de composants légers. nous pouvons augmenter l'efficacité des systèmes en tirant parti de ces fonctionnalités utilisées dans ces applications », explique Markus Nordberg, responsable de l'innovation et du développement au CERN.

Plus léger, plus petit et donc plus maniable pour une installation simplifiée. Pour le laboratoire, cette amélioration de performances des systèmes de refroidissement complexes du CERN présente « un intérêt potentiel évident ». Et de rajouter que ce type de technologies permettrait de réduire la consommation de carburant dans le secteur aérospatial. Le CERN a prévu d'étudier la possibilité d'étendre l'application du produit au marché des installations de réfrigération naturelle. Dans la phase 1 d'ATTRACT, un prototype a été développé avec succès, ce qui a démontré la faisabilité de combiner des méthodes d'impression 3D pour produire des segments de tuyaux, avec des capacités de détection intégrées. « À cette phase, le TRL 3 (Niveau de maturité technologique) a été atteint. Nous visons à développer davantage cette technologie, afin de créer un produit qui peut être mis sur le marché », complète Markus Nordberg.

Sur site, une équipe dédiée de plus de 20 personnes travaille depuis plus de 10 ans au sein de la section EP-DT-FS pour développer de nouvelles technologies de refroidissement, notamment liées aux fluides frigorigènes naturels et principalement au CO2 (R 744).

* Mais aussi cinq autres partenaires pour un total de 22 personnes : CSEM (8), CERN (2), TAS (5), LISI (2), INANOE (4), NTNU (1).



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction
  • 1 octobre 2021
    -
  • 20 juin 2019
    Ce dossier comprend quatre articles ci-dessous.
  • 24 mai 2019
    Ce dossier comprend trois articles ci-dessous.
  • TREMPE
    7 janvier 2017
    La trempe par induction comme alternative à la cémentation, la trempe gazeuse comme réponse aux exigences environnementales et la drasticité comme indicateur qualité constituent les trois sujets de ce dossier.
  • 29 août 2016
    Ce dossier comprend quatre articles : - Caractérisation des matériaux par méthodes non destructives. - Évolution des CND chez Areva : méthodes alternatives à la radiographie et au ressuage. - Caractérisation de la relation microstructure/état de l’hydrogène. - ...

Sélections thématiques

  • 13 juin 2017

    Zoom sur les nouveautés SVTM 2017

    Parmi les 130 exposants, voici un aperçu des produits et services présentés sur l'édition 2017 du SVTM.

  • 7 décembre 2012 Sélection 2012 des produits de la rédaction

    Finitions, appareils de mesure, traitements plasma, solutions d’essai, tribofinition, autant de solutions découvertes dans nos colonnes cette année. Sélection de douze produits qui ont particulièrement suscité notre intérêt en 2012.